Discussions of Day 1

Replies

  • Well, I would say that the answer primarily depends on how we conceptualize art and democracy. Or with what do we associate them in our world views. Mine is primarily associated with macro levels of social reality. For me that includes history, present and future of human societies that are comprehensible within the knowledge and sense of them that I have been able to gain. 

    And that is, that art is source, origin, actual and potential medium of democratic processes (of course if we accept that democracy is something real and possible).

    Correlation of art and democracy is art itself.

    In general terms  art for me is medium of our lives. We live in the world that has been conceptualized by generations and generations. We live in a collective art peace, or global artifact.

    But there is another level of reality, with a problem how to deal with relations between people driven and skilled to create (produce, grow, build, construct, write, compose, mold, etc) and people driven and skilled to manipulate creations. That is of course oversimplified description, but it might give sharper contours of the point I would like to underline. On this level of reality a question, if art(s) need specific political regime to exist? can be translated to a question: do producers need to produce a new kind of manipulators to survive?  And indeed that might be something worth doing.

  • " Créer, c'est résister, Résister, c'est créer. " Stéphane Hessel

  • I think both are valid as arts do thrive in democracy as they have space and sometimes funds to explore and engage as they are essential in trouble times (like dictatorships) to maintain hope and somehow a vital link to a world of normality. 

    I remember the importance of concerts or theatre shows during the comunist dictatorship in Romania and beyond the fact that just assisting to an act of culture was already an influx of oxygen and hope I rembember "hunting" for special intonations, gestures of the actors that gave a nuance of resistence to the system to a classical play. I do think that arts can contribute to maintaining and sometimes fostering liberty of spirit and democracy. However arts can also of course be used to support and enforce ideologies and policies of exclusion and repression.

  • Certains artistes s'engagent politiquement personnellement, d'autres s'engagent au travers de leur œuvre. Tout est bon à prendre puisqu'en effet, l'art s'exerce souvent en silence, le chemin de l'œuvre ensuite se fait au travers de la société et constitue une rive silencieuse, souterraine mais très solide en ce qui concerne ce paysage étendu de la conscience humaine.
    Pour créer, il faut: faire taire le brouhaha du vivre ensemble, être un autiste, pourquoi?
    Parce que si l'artiste aimait notre monde tant que celà, il ne chercherait pas à en inventer un autre. Le peintre est le dieu de son tableau (de Vinci), il faut pour moi regarder ce qui est exclu dans la représentation pour emprunter l'intention de l'artiste.
    Si l'œuvre fonctionne de manière symbolique, c'est pour appeller d'autres "dieux" à l'intérieur d'elle, c'est pour que d'autres esprits pénètrent "le chemin de l'œuvre" et l'empruntent à leur tour, à la suite.
    C'est ce pouvoir de décision sur ce monde " dans lequel l'homme se sentirait presque un dieu" qui attire et fascine.
    Quel rapport avec le politique ?
    Simplement je crois que l'artiste est follement trop libre dans sa pensée pour être intéressé par les sujets politiques, l'artiste ne vivra jamais dans le même temps, au sans propre et figuré.
    L'artiste est décalé, patient, tenace, il voit trop loin là où les autres vivent dans la simultanéité .
    L'artiste se laisse manger, consommer,mais c'est parcequ'il est déjà ailleurs et que sa pensée a déjà parcouru mille kilomètre carré en une vision globale étendue.
    Que lui importent la politique et la finance, l'artiste hume la liberté!
    C'est bien pour celà qu'on s'offusque qu'un artiste puissent s'enfermer pour créer même au milieu d'un drame. Un artiste présent à vos cotés est absent à vous! On ne peut l'attraper et le mettre dans " son propre temps".
    L'artiste échappe!
    L'art est fait de contrainte et meurt de liberté (michaelange)
    C'est juste un petit moment de cette extase "libertiforme" que l'on peut saisir. Un erzatz de liberté!
    Alors bien sur, la recherche de la liberté comme système ne parait pas l'intention première des artistes car la démocratie, elle existe belle et bien dedans et dehors des œuvres pas dans un autre système .
    Ne faisons juste que laisser place à ces intentions partagées sans en vouloir plus qu'il n'en faut.
    Aimons les artistes assez pour ne pas les placer sans arrêt comme les prochains devins qui montrent la voie du futur! Laissons les enchanter notre monde en inventant des petits coussins tout mous contre les coups de boutoirs que la société leur porte sans cesse en les deifiant, en les financiarisant en les abandonnant !
    Les artistes n'apporteront aucune solution à la démocratie, ce sont les hommes tous ensemble qui se lèveront pour leur démocratie !
    Comme c'est dur d'être engagé dans ce métier, car la société attend beaucoup de ceux qu'elle a laissé de coté, et elle veut que les artistes montrent la voie alors qu'en effet subsister en temps qu'artiste professionnel devient tout simplement impossible à cause même de ces stéréotypes et de cette mise à l'écart!
    Je les comprends , être rémunéré pour rêver, c'est pas dans l'air du temps ! Mais soyez honnêtes qui d'entre vous a préféré s'acheter une petite œuvre plutôt qu'un smartphone. Un artiste professionnel ne doit pas être soutenu par l'état , il doit être intégré dans l'espace sociétal de façon juste et correcte par l'ensemble des éléments de cette société .
    En ce qui concerne la liberté d'expression , partout l'art est censuré: chaque pays selon sa position dans l'échelle démocratique.
    La censure violente doit partout se combattre mais aussi l'insidieuse censure de la mise à l'écart!
    Je ne vois pas qu'il y ait de différence ici entre la censure subie par les artistes et leur étroite surveillance quand ils ne portent pas le " message consensuel"et la censure subie par tout mouvement libertaire ou de simple expression démocratique.
    L'idée d'une définition unique de la notion de liberté me fait peur , car si la liberté est un droit, celà reste un bien acquis que l'on doit continuer d'acquérir à chaque moment . La liberté en art, celà se travaille tous les jours, celà se respire tous les jours.
    On achète pas plus de liberté en art qu'en démocratie!
    Parce que la liberté de l'être en art n'est pas plus chère que la liberté d'un être défendant ou pas toute démocratie . C'est seulement que le " cratie" veut dire commandement et que on abouti au paradoxe d'une libertocratie!
    Alors, pour ne pas se manger la queue, faisons de ces êtres singuliers et facécieux seulement des exemples de vie réussies au sein d'une société muette et tellement hypocrite.
    Car la belle différence qui surgit entre artistes et démocrates, c'est que l'artiste passe très vite du mot à l'acte réel tandis que le démocrate se confine dans le " possible" et le "souhaitable".
    Autrement dit nous Artistes mangeons peu mais sommes frénétiques dans le travail.
    Finalement un très bon exemple pour les personnes qui nous aiment et surtout une bonne procédure pour amener chaque idée à sa phase de réalisation. C'est le miracle: oui , on peut!
    • Bonjour Claire,

      cette manière de singulariser l'artiste me gène un peu. Elle ne correspond pas à ma perception du monde des artistes que je fréquente quotidiennement depuis plus de vingt ans, depuis que que j'ai fait de la fréquentation des artistes ma vie professionnelle.

      Certes, il existe quelques artistes "autistes" au sens où tu l'entends, mais ils sont rares.

      La plupart sont des gens comme les autres, et beaucoup sont souvent - à leurs heures - citoyens, ayant à ce titre des opinions, des aspirations, un rapport au monde et à la société dans laquelle ils vivent.

      Bien plus que cela, nombreux sont ceux qui puisent dans l'observation du réel la source de leur inspiration.

      Qu'ils s'enthousiasment ou qu'ils s'indignent ils rendent compte, témoignent s'expliquent avec la vie de leur temps, sont heureux de l'écho qu'ils reçoivent de leurs créations ou sont malheureux du manque de succès de leurs oeuvres.

      • Je suis plutôt de ton avis, depuis une perspective pragmatique. Mais, je suis aussi de l'avis de Claire au sens ou l'art génère de soi même un espace de divergence, pour la pensée latérale. L'artiste est bien au delà de la réalité. L'artiste a souvent le don d'une intuition et d'une lucidité qui le dépassent. Il en résulte un drame de sa vie. 

        Et l'artiste ne se trouve jamais seul. Il est toujours accompagné de son époque, aus sens du mot tel que l'explique José Ortega y Gasset dans "l'avainement des masses". C'est un peu paradoxe d'être normal en étant exceptionnel. 

        Depuis la perspective pragmatique, on s'en fiche pas mal. L'artiste a une fonction. L'artiste y est. L'artiste transforme la réalité. Laissons le travailler. 

    • ma réponse ...

      ;-)

  • I agree with Magdalena that art can/should be a way of creating conflict in a democratic society. I'm thinking of Chantal Mouffe's critique of consensus and urge toward "agonism," or the understanding that conflict is a critical part of democratic process. Consensus is important, but not as necessary as agonism.  Looking at Julian's comment, indeed art is a part of every culture I've ever seen, but as a product of (imperfectly) democratic societies I am not a big fan of Stalinesque kitsch or Maoist portraiture. The SOTS movement was far more of a contribution.  But I think what we face may be a bit more complex than the question, because the threat to art seems to be as much from neoliberal economics, which thrive in contemporary democracies, as from fascism or totalitarianism.  If the only option is either fine art produced by a highly professionalized group of elite artists, underpinned by an inequitable property/wealth system, or mass media... that is also a problem.

    • I think Mouffe's concept of agonisn is super interesting and actual nowadays. in time of xenophobia, the most important issue is to create a platform, where people can come out and express their opinions, even if they are very different or difficult. The most dangerous case is when they stay behinf close doors being afraid to say out openly. Artists with their imagination can really help to advice how these platforms can look like.

This reply was deleted.

Activity wall

rv replied to Culture Action Europe's discussion Let's talk practice
"Márton HAJDU: promising this idea; we go back to the "how to spread", same way as other EU programs are announced and spread?

I tend to believe more in that option, than TV-vote, despite agreeing with much Tamer Levent said.
However, we all also kn…"
Jul 12, 2017
Tamer Levent replied to Culture Action Europe's discussion Let's talk practice
"<p>Democracy is it self art.Think about art.İt is humans's biological way of to do something.Thinking and doing! This is part of human being.Even whenever,he wasn't  know anything,as a logical and scientificly,he was able to find a resolution for so…"
Jul 12, 2017
rv replied to Culture Action Europe's discussion Let's talk practice
"1. Debate was relevant. I meant to draw our attention to facts & figures, considering the total Eropean and EU populatio vis a vis Culture statistics - cultural employment - Data extracted in December 2016 (http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-ex&hellip;"
Jul 7, 2017
Luciano Gloor replied to Culture Action Europe's discussion Cooperate or corporate: can we offer alternatives for economic development & the future of work?
"I am sorry, I didn't make it earlier. You google "income of artists" and you come across many links.
Find here below some links to data and the debate on artists income in the UK and the US. The US is interesting as Europe perceives the US as the he…"
Jul 7, 2017
Luciano Gloor replied to Culture Action Europe's discussion Comments on scenario 5: Doing much more together
"The EPP group in the European Parliament might not be my political choice. However this speech is worth to be taken notice of.  Esteban González Pons reminds us on the 60th anniversary of the Treaties of Rome. #EU60“Europe is not a market, it is the…"
Jul 7, 2017
Christopher Guest replied to Culture Action Europe's discussion Let's talk practice
"The hierarchy has changed. We now all have a share in each of those 3 roles - community, artist, professional- in varying degrees. But embarrassment or ridicule is still often more comfortable than experimenting with this new situation.
Where art ca…"
Jul 6, 2017
Culture Action Europe replied to Culture Action Europe's discussion Let's talk practice
"Thanks Christopher. Interesting if you can share your experiences on how to (re)connect three point of a triangle you are referring to?"
Jul 6, 2017
Culture Action Europe replied to Culture Action Europe's discussion Let's talk practice
"Thanks! Ideas on how to engage/get artists, cultural operators more interested in such discussions? Or you want to say that the debate in itself was not relevant? Also, could you elaborate on "European citizenship classes"?"
Jul 6, 2017
More…
Image 1